Black and white photograph of succulents in a minimalist style kitchen using house plants for interior decoration. The family Cactaceae in Karlsruhe, Germany.  Series entitled Lieux-dits by Elise Prudhomme.

Lieux-dits | Elise Prudhomme

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

Succulents, Karlsruhe, Allemagne.
5 – 17 novembre 2019
VERNISSAGE le mardi 5 novembre à 18h
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 19h, samedi et dimanche de 14h – 19h

Lieux-dits | Elise Prudhomme

Photographe auteur, Élise Prudhomme explore des procédés créatifs de photographie depuis la prise de vue jusqu’au tirage. La matérialisation d’idées sur un support sensible inspire le traitement du sujet qu’il s’agisse d’un espace intérieur, d’un paysage ou d’un portrait. Intéressée par la capacité des appareils analogue ou numériques à capturer l’espace et créer l’illusion, elle maîtrise le medium dans l’expression surréaliste de son environnement.

Dans sa série Lieux-dits, la photographe Elise Prudhomme nous fait partager des moments de sa vie quotidienne.  Elle raconte de courtes histoires à travers des superpositions d’images.  Ses photographies panoramiques révèlent de multiples perspectives prises de différents points de vue qui ancrent dans la mémoire les émotions ressenties. L’esprit du lieu prime sur la perception visuelle, évoquant les rencontres, les  évènements vécus, et les lumières qui composent ces lieux-dits.

Biographie

Diplômée de Smith Collège en histoire de l’art et la litterature Italienne, Elise Prudhomme assiste des photographies de mode et d’architecture à Florence avant de s’installer à Paris. Elle y poursuit son apprentissage du tirage argentique au Maine Photographic Workshops et avec Guillaume Geneste. Auto-conscience, sa première serie photographique en moyen format argentique noir et blanc primée à Royan, puis en 2012 lors du Grand Prix de Riedisheim sur le thème « Au Féminin ».

Elise participe à la création du catalogue raisonné de Francis Picabia et dirige la galerie éphèmère pour les arts plastiques du Studio Galerie B&B. Elise enseigne l’art contemporain et la photographie aux étudiants de Spéos Paris et Rhode Island School of Design au travers des parcours culturels qu’elle organise sur l’Ile-de-France.

Avec enthousiasme et rigueur, Elise Prudhomme explore des procédés créatifs combinant la photographie analogue et numérique avec des appareils photographique moyen et grand formats (chambre, Hasselblad, Rolleiflex). Elle réalise des projets autour de la thématique du nouveau pittoresque. La lumière est son premier outil et inspire le traitement du sujet qu’il s’agisse d’un espace intérieur, d’un paysage ou d’un portrait comme l’illustre ses reportages pour la Fondation Nationale des Parcs et Jardins et l’Association Theodore Roosevelt.

Share this Post

Echo, exhibition by Alice Chevalier, Paul Chevalier, Fabienne Colombanie & Arnaud Simonin at Studio Galerie B&B from 19 - 24 November 2019.

Écho | Alice Chevalier, Paul, Fabienne Colombani et Arnaud Simonin

Stimprud Art contemporain, Dessin, Expositions, Peinture, Photographie Leave a Comment

19 novembre – 24 novembre 2019
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 20h, samedi de 10h – 20h, dimanche de 10h – 18h
VERNISSAGE le vendredi 22 novembre à 19h

Écho
Alice Chevalier, Paul, Fabienne Colombani et Arnaud Simonin

ALICE CHEVALIER

Alice Chevalier, Architecte d’intérieur et Designer de formation, vit et travaille à Paris. Se dédiant à ses expositions, collaborations et parutions dans la presse, elle se consacre désormais à son métier d’illustratrice.

Ses œuvres racontent l’indicible, nous font voyager en cassant les barrières du concret. De ses précédents travaux, Alice n’a gardé qu’une seule constante : elle sublime le monde qui nous entoure en y apposant sa touche personnelle. En résulte des œuvres remplies de lyrisme, véritables odes à la vie.

Elle présentera, lors de cette exposition collective, une série autour de sa passion pour le Mexique et de leur fête culturelle emblématique : El dia de los muertos.

PAUL

Le travail de Paul s’inspire de ses deux passions : les sciences fondamentales et la création artistique qu’il cultive et combine depuis son plus jeune âge. Avec cette série, il explore un concept majeur de son travail : l’émergence.

Ses héros, icônes connues de tous et porteuses de significations telles que le pouvoir, la force, l’espoir, sont représentées par la projection d’un minimum de couleurs et d’un minimum de l’unité d’image moderne qu’est le pixel.

Derrière une identité reconnaissable, faite d’une palette de couleurs vives et d’aplats marqués, il s’est servi de plusieurs techniques pour réaliser cette série: pochoirs, aérosols, collages et tampons. Habitué aux grands formats, Paul a souhaité également travailler sur des formats plus petits.

FABIENNE COLOMBANI

Née à Paris, Fabienne crée et dessine depuis toujours, elle s’oriente naturellement avec passion vers les arts appliqués. Les écoles Estienne puis Duperré l’ont conduite au design textile et à la mode.

Aujourd’hui, installée à Montreuil, elle fait évoluer son univers ludique et poétique, inspiré par la magie de l’enfance.

Les matières organiques et végétales issues des déchets de sa cuisine l’inspirent pour décliner ici des illustrations animées. Aux pelures de la famille des alliacées – ail, oignon, échalote – se greffent feuilles mortes, cosses de haricots, pour composer miniatures et autres curiosités en forme  de trophées de chasse végétale.

Détournées, transformées sous la délicatesse du trait et de la composition, les fragiles matières échappent à leur destin de compost; y nichent comme par magie oiseaux imaginaires, masques et totems…

ARNAUD SIMONIN

Arnaud Simonin est installé dans l’est parisien depuis 20 ans. Cet artiste enseigne le dessin et la peinture au sein de structures associatives  et d’ateliers privés auprès d’un publique d’adultes, d’adolescents et d’enfants.

Son métier de graphiste, comme sa nouvelle activité d’enseignant, ont influencé ses pratiques plastiques personnelles (peinture paysages, dessins, collages, gravures, pochoirs, photographie) et ont confirmé son goût pour les expérimentations visuelles et les mélanges de techniques.

  • Exposition personnelle Galerie Champs Secrets (2014)
  • Exposition collective Bataclan Project – une affiche originale de 1964 distribuée à 100 artistes (2016)
  • Exposition collective Galerie Champs Secrets (2018)

Share this Post

20 Paysages | photographies d’Olivier Cauquil

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

Exposition d'Olivier Cauquil, vingt photographies de paysage, du 26 novembre au 1 decembre 2019 au Studio Galerie B&B.
26 novembre – 1 décembre 2019
VERNISSAGE le mardi 26 novembre à 18h
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 20h, samedi de 10h – 20h, dimanche de 10h – 18h

20 Paysages | photographies d’Olivier Cauquil

Je fais des photographies.
Je prends des vues. Je m’arrête.
Je me laisse envahir par ce que je vois.
Je prends. Je ne suis pas technicien. Je prends des vues.
Je vais chercher mes images anciennes. Je les découpe.
Découpées. Elles sont nouvelles.
Pas de contenu. Silencieuses. Peu de contraste.
Sur l’écran je travaille les gris.
Un peu de noir. Il en faut. Je scrute. Je modifie.
Je détruit la lumière souvent. Faux-jour.
Quelque chose manque dans ces images.
C’est ça.

Et c’est le récit, c’est la poésie, c’est le sentiment furtif.
C’est en Italie. Il est cinq heures le store est resté entr’ouvert, on entend la rumeur de la plage qui reprend peu à peu.
C’est aussi un instant l’impression de déjà vu.
C’est à Manhattan, soudain le Style documentaire.
C’est la solitude de cette rue qui tourne.

Je suis parisien, chaque année beaucoup de temps dans la région de Toulouse. J’ai 67 ans. Je suis passé par l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. J’ai vécu par le dessin, l’illustration, le graphisme, la publicité. J’ai toujours pris des vues. Certaines, dans cette exposition ont plus de trente cinq ans. J’ai travaillé avec des appareils argentiques, 24 x 36, 6 x 6 et 6 x 7. Avec un Polaroid 195. J’utilise maintenant un Polaroid SX 70 et un petit appareil numérique Sony.

Je travaille à Paris. À Toulouse.

Share this Post

C’la Nature | Peintures & dessins de Didier Vachet

Stimprud Art contemporain, Dessin, Peinture Leave a Comment

3 décembre – 8 décembre 2019
VERNISSAGE le mardi 3 décembre à 18h
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 20h, samedi de 10h – 20h, dimanche de 10h – 18h

C’la Nature | Peintures & dessins de Didier Vachet

Share this Post

Flaneries au Père-Lachaise, photographs by Louis Gaillard of the most visited cemetery in Paris, exhibited from 10 - 15 December at Studio Galerie B&B.

Flaneries au Père-Lachaise | photographies de Louis Gaillard

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

10 décembre – 15 décembre 2019
VERNISSAGE le mardi 10 décembre à 18h
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 20h, samedi de 10h – 20h, dimanche de 10h – 18h

Flaneries au Père-Lachaise | photographies de Louis Gaillard

Le père Lachaise est un des endroits les plus visités de la capitale, c’est aussi son plus grand espace vert et bien sur c’est un des cimetières parisiens qui abrite le plus de personnages célèbres.

Mais mon travail s’est porté sur le caractère romantique du lieu qu’exprime l’architecture néo-gothique des chapelles, les imposants monuments chargés de symbolismes et l’organisation du jardin à l’anglaise dans sa partie ancienne. C’est pourquoi j’ai commencé à photographier le cimetière le soir, en hiver, une des saisons qui m’inspirait le mieux, propice à la mélancolie que suggère le romantisme.

J’ai imaginé cette exposition comme une flânerie et une rêverie pour donner envie de découvrir cet endroit, respectueusement débarrassé pour l’occasion des célébrités qui l’habitent et de l’Histoire qui les accompagne. C’est aussi une façon d’appréhender la vanité des hommes et leur désir de vouloir exister après leur mort. C’est enfin à une époque ou pour beaucoup la mort est tabou, l’occasion de tenter d’un peu l’apprivoiser. 

Share this Post

Le parfum d'une idée Dystopie Psychologique de Cesc Abad au Studio Galerie B&B à Paris du 21 - 31 octobre 2019 à Paris, France.

Le parfum d’une idée. Dystopie Psychologique | Cesc Abad

Stimprud Art contemporain, Expositions Leave a Comment

22 – 31 octobre 2019
VERNISSAGE le mardi 22 octobre à 19h
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 20h, samedi de 10h – 20h, dimanche de 10h – 18h

Le parfum d’une idée. Dystopie Psychologique | Cesc Abad

Est-ce qu’il se peut s’inverser l’approche darwinienne ? De toutes les espèces qu’habitent dans notre planète, quelle a-t-elle évolué et jusqu’où ? Ces questions peuvent être faciles de se poser, et de résoudre aussi, si on pénètre dans le monde dystopique de l’artiste Cesc Abad.  

L’homme s’est différencié des autres animaux pour son intelligence, et selon les idées de Nietzsche, il a été capable de dépasser l’esclavage de la condition humaine en arrivant à obtenir la liberté, et cela lui a permis de déchainer sa créativité.

Néanmoins, peut-être que cela qui parait le sommet de la civilisation, n’est pas pensée pour l’homme, mais pour animaux capables de développer des comportements plus effectifs que ceux de l’être humain.

El perfume de una idea. Distopia Psicológica (Le parfum d’une idée. Dystopique Psychologique) est le titre proposé par Cesc Abad pour pénétrer dans une sorte de jardin de l’Éden, où chaque élément a une fonction, laquelle nous montre les capacités cognitives que peuvent être acquis par les animaux. D’autres côté, il nous suggère la possibilité de nous questionner la sagesse et l’habileté de l’être humain, comme Pierre Boulle a écrit dans son livre La Planète des singes, « Les hommes raisonnables ? Les hommes détenteurs de la sagesse ? Les hommes inspirés par l’esprit ? Non, cela n’est pas possible ».

C’est possible qu’on soit devant d’une régression des espèces, où les vrais parias de la planète seront les hommes et femmes qui observent les désirs de l’espèce animale. C’est possible qu’on soit devant d’une nouvelle dystopie qui nous permet de réfléchir sur notre rôle dans le monde, comme une satire du comportement humain. C’est possible qu’œuvres comme Je t’aime ou Vous proposent des situations lesquelles n’ont jamais été imaginées. C’est possible que Cesc Abad ait en inventant un monde pour parler du nôtre.

Author: Mònica Marañón


Biographie de Cesc Abad

Je suis né en Barcelone l’année 1973, en étant l’unique fils d’une famille dédiée à l’entreprise familiale. Quand j’avais 15 ans, j’ai été expulsé de l’école, et dans ce moment-là j’ai vu que j’aimais les arts visuels, particulièrement la peinture.

Mon père a financé mes premières études avec la condition de travailler dans l’entreprise familiale. Au cours de ces premières années, j’expérimente et j’expose mes œuvres en différentes salles et galeries.

Tout va bien jusqu’à la mort subite de mon père quand j’avais 21 ans. Sans même avoir le temps d’y penser, je deviens le chef de l’entreprise familiale. Cet évènement marquera profondément ma manière de comprendre l’art, le monde et moi-même. J’ai travaillé comme directeur de l’entreprise familiale, en la dirigeant toujours sous mon grand tempérament créatif.

Pendant ma gestion, l’entreprise a obtenu dix ans de succès dans différents domaines (électronique, industriel, sports et mode). Pendant cette période, j’ai compris que ma passion pour la peinture me rend faible devant mes collègues chefs d’entreprises et j’ai décidé de la cacher. Quand j’ai obtenu le temps et de l’argent suffisant, j’ai décidé de placer un grand atelier annexe à mon entreprise et sous le plus grand secret.

Dans le centre de mon entreprise et à côté de mon bureau, il y a une porte directe vers l’atelier, où j’expérimente avec des matériaux et des techniques différentes (peinture, photographie, vidéo, céramique, etc.) sans avoir besoin de ne montrer jamais aucune de mes œuvres. Cet espace est appelé par mes employés comme « le mur ». Personne ne sait pas ce qu’il y a derrière, ni mes plus proches collaborateurs, je ne le partage qu’avec ma famille la plus directe.

Néanmoins, cette façon de travailler, sans avoir la nécessité de vendre mes œuvres, sans limite des ressources, cachée au public et, en ajoutant l’activité dans l’entreprise, tout cela me rend une facture personnelle incroyablement élevée.

Après d’avoir mené une double vie pendant vingt ans, j’ai décidé en 2016 de vendre mes entreprises et de consacrer exclusivement à la création artistique. Je déménage à un atelier plus modeste et je commence à préparer des œuvres pour les montrer au monde. Je décide que cela ne sera plus un secret.

www.cescabad.com


Biographie de Mònica Marañón

Mònica Marañón (Terrassa, 1971) – Historienne de l’art et commissaire indépendante.

Études

2018 : experte en professionnalisation de l’art contemporain (Université de Barcelone)

2015 : cours de commissariat des expositions (Association Arte Sostenible)

2014 : master en formation du professorat d’éducation secondaire, baccalauréat, langues et formation professionnelle (UNIR, Universidad de la Rioja). 

2013 : diplômée en Histoire de l’Art pour l’UNED. 

Expérience professionnelle

Mònica Marañón a commencé sa carrière dans le secteur de la gestion des entreprises en 1987. Elle a combiné cette profession avec son intérêt pour l’art à travers de sa propre expérience familiale, puisqu’elle a vécu des processus créatifs grâce à l’atelier de son oncle, qui était peintre, en commençant comme commissaire indépendant pour l’artiste Cesc Abad depuis l’année 1994, en devenant la commissaire de l’exposition « My father », dans la ville d’Ullastrell.

Sa passion pour l’art l’a amenée à étudier Histoire de l’Art pour l’UNED et commencer à enseigner de 2014 à 2017 comme professeure tutrice en histoire de l’art contemporain à l’UNED (Centre Associé de Sant Boi), et comme professeure de l’école secondaire Vedruna Vall, de la Fundació Vedruna de Terrassa.

Share this Post

Exhibition Omane, photographs by Nathalie Debroise at Studio Galerie B&B from 8 to 13 October 2019.

Omane | Photographies de Nathalie Debroise

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

8 octobre – 13 octobre 2019
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 19h30, samedi de 11h – 20h, dimanche de 11h – 18h
VERNISSAGE le mardi 8 octobre à 19h

Omane | Photographies de Nathalie Debroise

Premier voyage en Côte d’Ivoire … ma grand-mère venait de mourir. Elle m’avait dit: à quoi ça sert de voyager? Elle n’avait jamais quitté la Bretagne, son pays natal. J’irai à Abidjan, je ne serai pas à son enterrement. Partir pour oublier l’absence, les vagues gris-bleu de mon enfance, quitter la terre bretonne pour découvrir d’autres rivages, d’autres visages. Regarder

Biographie

PhD en littérature comparée, Nathalie Debroise enseigne des cours d’analyse de films et d’histoire de la photographie à l’Université Américaine de Paris. Elle dirige le Département d’Etudes françaises après avoir dirigé le département de film. Ses expositions précédentes étaient consacrées à la danse et au corps féminin. Elle prépare actuellement une exposition (textes/images) sur les identités sexuelles et la transgression des genres.  

Share this Post

Une conversation avec Chloe Lodge | Auteur de ‘Pour l’amour de la photographie’

Stimprud Expositions, Photographie Leave a Comment

Vendredi le 4 Octobre de 18h30 à 20h30

Une conversation avec Chloe Lodge – Conteuse, photographe et auteur de ‘For the Love of the Photograph’

Chloe Lodge, auteur du récemment publié et très populaire livre For the Love of the Photograph, vient à Paris de son nouveau domicile en Nouvelle-Zélande.

For the Love of the Photograph, considéré comme un guide pédagogique unique et indispensable pour tous ceux qui aiment raconter des histoires avec leurs photographies, fait sensation dans la communauté des photographes du monde entier.  Les dix chapitres du livre, captivants et faciles à lire, incluent l’art du langage visuel, les récits et les merveilles de la lumière. Il y a des chapitres sur les manières d’être créatif, la joie qui est l’image physique et des réflexions sur l’utilisation des médias sociaux. 

Des exemplaires du livre de Chloé sont actuellement achetés et appréciés par les photographes et non-photographes du monde entier, non seulement pour le contenu captivant et les belles images, mais également pour sa qualité d’impression incroyable et sa taille unique, ce qui le rend suffisamment petit pour l’emporter en voyage ou pour le garder à portée de main chaque fois que vous avez besoin d’un coup de pouce créatif.

Nous vous invitons à rejoindre Chloé le vendredi 4 octobre pour célébrer autour d’un verre et une discussion. Elle parlera pendant une partie de la soirée de son voyage dans la photographie, qui a débuté à Paris il y a neuf ans lorsqu’elle a étudié à l’école de photographie Spéos. Elle partagera ce qui l’a inspirée pour écrire un livre de photographies et donnera également des conseils utiles en matière de photographie. Il sera également possible de rencontrer d’autres passionnés de photographie.

Des exemplaires de son livre seront disponibles lors de l’événement au prix de 25€. Cependant, pour vous assurer de ne pas manquer une copie, il est recommandé de pré-commander en ligne. Il y a un rabais de pré-commande à 20€. Il suffit de sélectionner «Paris en pré-commande» dans le menu déroulant www.fortheloveofthephotograph.com

Chloé sera disponible à la fin de l’événement pour signer et personnaliser votre livre.

Nous serons très heureux de vous voir!

Share this Post

Exposition Elements after Crimes, photographies de Zabou Carrière au Studio Galerie B&B du 15 au 20 octobre 2019.

Elements after crimes, 44.86°N 16.77°E | Zabou Carrière

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

15 – 20 octobre 2019
VERNISSAGE le vendredi 18 octobre à 18h
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 20h, samedi de 12h – 20h, dimanche de 12h – 18h

Elements after crimes, 44.86°N 16.77°E | Zabou Carrière

Décembre 2013, les fouilles sont achevées dans le charnier de Tomašica en République serbe de Bosnie. Elles avaient commencé en septembre suite aux déclarations d’un témoin serbe. Vingt ans après les faits, il avait indiqué le lieu où les non-serbes avaient été jetés dans une fosse creusée, en 1992, pour cacher les corps pendant la guerre de Bosnie. En 1993, la population locale s’étant plainte des odeurs, ceux-là même qui avaient enterré les corps en avaient déterré une partie pour les cacher dans un charnier secondaire, Jakarina Kosa, à quelques dizaines de kilomètres.

Quelque 600 personnes ont été ensevelies à Tomašica, ce qui en ferait le plus gros charnier découvert en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

Zabou Carrière qui avait suivi les fouilles à l’automne, a décidé derevenir à Tomašica quelques mois plus tard. Les photographies d’Elements after crimes, 44.86°N 16.77°E montrent de l’eau, de la boue, des pierres, des plantes, autant d’éléments de la nature d’une apparente banalité. Leur échelle n’est pas clairement perceptible, les images sans perspective. Les prises de vues sont réalisées en plongée, dirigées vers le sol. Plutôt que des paysages, ce sont des surfaces qui sont montrées, celles-là même qu’il a fallu creuser pour en dégager les restes des morts recherchés depuis vingt ans.Les photographies suggèrent plutôt qu’elles ne montrent l’horreur.

Une image pointe vers un ciel balafré, indécis entre soleil et nuages. Il fait beau et chaud aussi dans cette région.

La végétation a recouvert la terre retournée, l’eau a rempli les fosses, les pelleteuses en charge de leur extraction ne couvrent plus les chants des oiseaux. Le paysage a été modifié par les interventions de l’homme et a fini par livrer ses secrets. La scène des crimes existe dans la mémoire collective et pourtant plus grand’chose n’y est visible.

Raphaël Enthoven, reprenant un texte de Vladimir Jankélévitch, s’interroge sur le fait qu’à Auschwitz “l’herbe recommence à pousser chaque année et les oiseaux y chantent”. Il ajoute : “On ne peut pas ne pas s’indigner que la vie continue et on ne peut pas ne pas s’en réjouir non plus.”

Lors de l’entrée au Panthéon de Simone Veil et de son mari Antoine, il avait été diffusé l’enregistrement de L’aube, à Birkenau, 17 juin 2018, 5 heures du matin. On y entend le chant des oiseaux.

Share this Post

Digital Art et Neographie, oeuvres de Sigrun Neumann exposés à Galerie B&B

Sphère et paysage humain | Sigrun Neumann

Stimprud Art contemporain, Dessin, Expositions, Peinture, Photographie Leave a Comment

18 juin – 30 juin 2019
VERNISSAGE le mardi 18 juin à 18h
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 20h, samedi de 10h – 20h, dimanche de 10h – 19h

Sphère et paysage humain | Sigrun Neumann

Sigrun Neumann, voyageur entre cultures*, vivait en Indonésie, Inde, Egypte, Maghreb et en France et dans d’autres pays.

Son art et ses thèmes s’inspirent de la lumière, de la couleur, de la musique, et de la littérature des peuples. Pour elle, l’art est l’échange entre les différentes cultures et leur approche : L’art amène les cultures des autres à se rapprocher et fait comprendre des AUTRES.

*ART SANS FRONTIERS GEOGRAPHIQES CULTURELS

Biographie

Sigrun Neumann, Baden-Baden, Allemagne 

Ecole Superior des Beaux-Arts : art graphique, peinture, photographie, sociologie, science politique et orientaliste, Allemagne/Berlin, Francfort & Mayence, Tunis/Tunisie & Amman Jordan

Exposition de groupe (sélection) : Paris : 6e salons de femmes -Musée de Luxembourg Biennales des femmes – Grand Palais, UNESCO- expo international -ART POUR LA PAIX, Inde Chennai : Serala Art Center & Kaala Peetam Kerala, en coopération avec MMB (Institute Goethe) ; Indonésie Jacarta: 54. Merdaka-exposition  ; Chypre Paphos: Galerie d’art de Kyklos, Galerie d’art de Diakosmos;  MaG-Montreux, PAT-Pavia-Italie, Allemagne Baden-Baden : Galerie Altes Dampfbad  ,  Gallerie GFJK .

One Women Show (sélection): Allemagne: Galerie d’art Moering, Wiesbaden; Algerie: Galerie nationale d’art d’Alger;  Allemagne: Foire internationale du livre de Francfort;  Inde Chennai: Musée d’art moderne; Grindlays Banque Galerie d’art; Centre d’art Sarala Cochin;  Galerie d’art de Cochin; Chypre Paphos: Galerie d’art de Kyklos & Diakosmos Art Gallery; : Khan al Maghraby; Maroc Rabat: Galerie d’art-Institut Goethe; Allemagne Berlin: KunstRaum Ko, Baden-Baden: Galerie *Altes Dampfbad*  

Alger : professeur : à l’école supérieur du beaux-arts & Jakarta Indonésie : lycée français international; WIC, 

Freelance photographe, Illustrator de la poésie, travail interculturelle

Site Web de Sigrun Neumann

Share this Post

Dialogue entre femmes | Aditi Lago, Samaneh Atef, Evelyne Postic, Raâk présentés par Galerie Polysémie

Stimprud Art contemporain, Dessin, Expositions, Peinture Leave a Comment

14 juin – 16 juin 2019
VERNISSAGE le vendredi 14 juin à 17h
Les 15 et 16 – thé et apéro sympa
HORAIRES : vendredi – samedi de 11h – 21h, dimanche de 11h – 19h

Dialogue entre femmes | Aditi Lago, Samaneh Atef, Evelyne Postic, Raâk présentés par Galerie Polysémie

Le temps d’un weekend à Paris nous avons retenu quatre femmes artistes outsiders dont les créations bien que différentes dialoguent parfaitement.

Galerie Polysémie I contact@polysemie.com I +33 0607 272 558

Share this Post

NathLM artiste peintre expose ses tableaux au Studio Galerie B&B du 13 au 19 mai 2019.

Impression | Œuvres de NathLM

Stimprud Art contemporain, Peinture Leave a Comment

NathLM artiste peintre expose au Studio Galerie B&B
13 mai – 19 mai 2019
VERNISSAGE le jeudi 16 mai à 18h
HORAIRES : lundi – mercredi de 15h – 20h, jeudi et vendredi de 12h – 20h, samedi de 10h – 20h, dimanche de 10h – 18h

Impression | Œuvres de NathLM

Diplômée de l’union centrale des Arts Décoratifs, je me suis d’abord orientée vers la publicité. J’ai d’ailleurs crée mon propre studio d’édition graphique. Désormais, je privilégie la peinture et y consacre tout mon temps.

Je travaille l’acrylique au pinceau et au couteau. Je m’exprime la plupart du temps avec des couleurs vives souvent tempérées de gris, brun et doré, sur de grands formats. La matière est parfois épaisse et peut cacher plusieurs couches. Ma peinture est abstraite et spontanée. Il s’en dégage, je crois, energie et vitalité.

Share this Post

The Print Swap, a project by Feature Shoot, is coming to Paris, France from 21 - 26 May 2019 at Studio Galerie B&B.

The Print Swap | Un projet de Feature Shoot

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

21 – 26 mai 2019
VERNISSAGE le mardi 21 mai à 18h
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 18h, samedi et dimanche de 12h – 18h

The Print Swap | Un projet de Feature Shoot

Donner et recevoir des impressions; Construisez votre collection; Être surpris!

Les photographes internationaux de tous les horizons sont invités à se soumettre à The Print Swap, présenté par Feature Shoot. L’échange d’impressions offre aux photographes l’occasion de recueillir des impressions soigneusement préparées et de nouer des contacts avec d’autres photographes du monde entier. Les photographes sélectionnés par nos conservateurs donneront et recevront un tirage. Une fois sélectionnés, les photographes paient 40 USD par image pour participer (nous couvrons l’impression et l’envoi).

Pour soumettre, cliquetez simplement vos images sur Instagram #theprintswap ou envoyez-les-nous par courrier électronique (à 620 pixels de large) à submit@theprintswap.com.

Nous sommes ravis d’annoncer que les soumissions sont maintenant officiellement ouvertes pour notre prochaine exposition, qui ouvrira ses portes ce printemps au Studio Galerie B&B à Paris.

Les photographes qui participent à The Print Swap d’ici le 31 mars seront considérés par la photographe et directrice de galerie Elise Prudhomme comme faisant partie du salon. Comme toujours, tout le monde peut postuler en taguant leurs meilleures images #theprintswap sur Instagram.

Sous la direction des photographes Prudhomme et Philippe Bachelier, Studio Galerie B&B est une plaque tournante pour les artistes, offrant un espace de galerie époustouflant en plus de ses installations de studio et de chambre noire. Situées entre le Canal Saint-Martin et la Gare de l’Est, les élégantes fenêtres de la galerie donnent sur une rue animée, où habitants et touristes peuvent venir voir des œuvres de photographes du monde entier.

La sélection finale des images exposées sera annoncée peu de temps après la date limite du 31 mars. Entre-temps, vous pouvez rester au courant en suivant sur Instagram à @theprintswap.

The Print Swap est un projet de Feature Shoot

Feature Shoot présente le travail de photographes du monde entier.
Feature Shoot présente le travail de photographes du monde entier.

Share this Post

Black Holes » est une métaphore de l'humanité.  Face à la lumière, les corps mis à nus rappellent la fragilité de la nature humaine.  Les modèles photographiés sont en survie, ils cherchent à continuer à vivre en paix malgré la vie en danger.

Black Holes | voyage photographique de Julien Sunyé

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

27 mai – 2 juin 2019
VERNISSAGE le mardi 28 mai à 18h
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 20h, samedi de 11h – 19h, dimanche de 12h – 19h

Black Holes | voyage photographique de Julien Sunyé

La guerre n’est pas finie, stigmates extérieurs et intérieur

Paris, Mai 2019

“Chaque année, nous célébrons la paix, mais en réalité nous sommes toujours en guerre”. A travers 24 destinations européennes, 54 prises de vues, 26 000 kilomètres, le photographe Julien Sunyé évoque les traumatismes des conflits traversés, ceux que l’on pense avoir oubliés ou ceux que l’on ignore par déni. Ici, la photographie révèle comme un cri « l’être vulnérable en quête de paix ». Une série poignante d’une cinquantaine de photographies couleur et noir et blanc qui remet en question l’identité de chacun face à la violence des conflits intérieurs, comme ceux qui ont opposé ou opposent encore les hommes aujourd’hui dans le monde.

Une métaphore de l’humanité

« Black Holes » est une métaphore de l’humanité. Face à la lumière, les corps mis à nus rappellent la fragilité de la nature humaine. Les modèles photographiés sont en survie, ils cherchent à continuer à vivre en paix malgré la vie en danger. Depuis toujours, l’espèce humaine lutte pour apaiser ce qui l’a mise à mal, ces blessures que l’on ne peut jamais tout à fait effacer ni réparer. Julien Sunyé évoque par son travail la recherche de la paix : « Les émotions qui nous traversent trouvent souvent leurs origines dans l’enfance. Il faut du temps, de l’attention et un vrai travail sur soi pour les comprendre et les analyser. Mais la vie moderne laisse hélas peu de place à cette quête intérieure. Finalement, montrer ses douleurs, c’est apprendre à les surmonter, à faire la paix avec ce que l’on a vécu et créer un futur harmonieux pour soi-même et les autres”.

Cette série rend hommage aux victimes tombées sous la violence collective ainsi qu’à ceux qui sont toujours pris au piège et se battent contre leur propre passé. La question est : comment peut-on survivre à cette violence et à quel prix? Et que signifient la paix et la liberté quand on est toujours pris au piège d’une violence passée ? “Les guerres commémorées, trompent : la violence n’a pas totalement pris fin. Même si la nature et le temps ont réparé les blessures jusqu’à les rendre invisibles, elles persistent sous une autre forme. »

La photographie, acte de résilience

En 2013, Julien Sunyé est plongé dans une dépression sévère dont les causes lui échappent. Elle a pour conséquence de l’empêcher de travailler et d’être dans l’incapacité d’exprimer ses émotions et donc de continuer à vivre. Cherchant à s’en sortir, Julien Sunyé s’intéresse aux différentes formes de traumatismes. Il apprend que le traumatisme de la petite enfance est profondément ancré dans le subconscient et qu’il peut définir le présent. Il comprend qu’on devient alors prisonnier de son passé.

Au cours de l’été 2016, le photographe décide de se rendre sur les champs de bataille de Verdun. Il est alors frappé par l’idée que le passé peut enfermer un individu mais également tout un peuple. Apaisé par le travail photographique qu’il mène ainsi dans plusieurs pays en Europe sur des sites “sensibles ou historiques”, Julien Sunyé sent qu’il est au bon endroit pour mener sa réflexion. Chaque nouvelle séance photographique l’aide à surmonter un peu plus sa dépression jusqu’à parvenir à s’en sortir enfin en septembre 2018.

Site web – https://www.juliensunye.com Instagram : @juliensunye et @blackholes_js / Facebook : juliensunyephotography

A propos de Julien Sunyé : Photographe autodidacte, Julien Sunyé  utilise la photographie dès son enfance comme une collection des meilleurs moments à partager. De cette idée naît une passion indéfectible pour la photographie qui ne le quittera plus et ne cessera de croître. Franco-néerlandais (français par son père et néerlandais par sa mère), il trouve ses inspirations dans le travail d’Henri Cartier Bresson et les peintres Hollandais, notamment des tableaux paysagers des 16 et 17e.

Share this Post

Girl Gang | Exposition photographique à l’occasion du Mois de la Photo OFF

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

Girl Gang Photography Exhibition during Mois de la Photo OFF 2019
16 – 30 avril 2019
VERNISSAGE le jeudi 18 avril à 19h
HORAIRES : tlj de 12h – 20h

Girl Gang | Expo photo collective à l’occasion du Mois de la Photo OFF

Girl Gang est composé de huit narratrices identifiantes du monde entier qui ont décidé de se réunir à un moment charnière de l’histoire, non seulement du monde mais aussi de la photographie. Selon les statistiques recueillies par Women Photograph, une organisation dont le but est d’élever la voix des femmes et des photographes genderqueer, il existe un manque évident de représentation des femmes, en particulier des femmes de couleur, dans les médias. En 2018, seules 7,3% des légendes des principales photos publiées par des femmes étaient présentes au Monde et 19,9% au New York Times.

Le regard féminin est une chose puissante, offrant un accès à de nombreux mondes, le plus souvent cachés des hommes. Il est important de voir comment nous observons et documentons le monde. De plus, Paris est une ville importante non seulement pour ses liens étroits avec la photographie, mais également pour son paysage international. Nous sommes ici pour être entendus et faire voir nos photos. Exposer ici nous permet d’amplifier nos histoires.

Share this Post

Trajectoires et dérivés | Photographies de Julien Lefort

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

Bir Hakeim prise par Julie Lefort
11 avril – 12 avril 2019
VERNISSAGE le jeudi 11 avril à 18h
HORAIRES : jeudi et vendredi de 18h – 22h

Trajectoires et dérivés | Photographies de Julien Lefort

Le quotidien est une succession de choix influencés par notre passé, nos désirs, nos besoins physiologiques, nos croyances et notre avenir.

Notre libre arbitre n’est qu’un mirage fait de dérivées fictives nous menant sur LA trajectoire inéluctable. Au travers de cette séquence de photos j’ai cherché à retrouver la liberté de conscience.

Share this Post

Evelyne Toromanian et le Collectif les Arts des Ames exposent au Studio Galerie B&B, Paris, France les 23 et 24 mars 2019.

Ensemble dans le plaisir et la légèreté | Collectif les Arts des Âmes

Stimprud Expositions, Peinture Leave a Comment

23 – 24 mars 2019
VERNISSAGE le samedi 23 mars à 18h
HORAIRES : samedi 10h – 22h, dimanche de 10h – 20h

Ensemble dans le plaisir et la légèreté | Collectif les Arts des Âmes

Evelyne Toromanian, Sophie Fievet, Gaëlle Lebras, Odile Peineau

Être soi intégralement…l’exprimer comme une offrande au monde, par les mots, les sons, la coloration unique de nos êtres réunis…pour créer ce lien qui nous rassemble, les uns aux autres, dans le plaisir et la légèreté, d’être ensemble. Je suis parce que nous sommes. L’individu et le collectif ne forme qu’un.

Maatïani, (Evelyne Toromanian), vous invite à l’exposition Ensemble dans le plaisir et la légèreté qui aura lieu les 23 & 24 mars 2019, avec la participation et la présence des Artistes et Messagères Sophie Fievet, Gaelle Lebras, Odile Peineau et Maatïani.

Rejoignez nous pour faire un pas ensemble dans le plaisir et la légèreté.

Apropos

Accompagnement des Artistes qui montent sur scène et qui osent le premier pas d’exposition

Evelyne depuis 2018, a initié et créé le collectif Les Arts des âmes. Après avoir rencontré de nombreux artistes qui avaient peur de mettre en lumière leur art, et de se confronter aux retours du public. Elle a ainsi développé un mentoring pour artiste qui leur permet de pouvoir clarifier leur message, se présenter, pouvoir rentrer en contact intime avec leur art pour pouvoir faire lien avec le public. Des questions très pratiques et subtils sont abordés tels que comment fixer ses tarifs, comment communiquer sur son art, comment gérer les critiques, quels sont les autres canaux pour vendre son art autres que les espaces d’exposition…le tout en découvrant une manière unique et singulière, qui colle à la peau de l’artiste émergent. Une première monté sur scène ou une première exposition se prépare. Il y a un temps où cela est le bon moment, où l’artiste est en confiance suffisante pour oser sa mise au monde, accoucher de son message et le transmettre, s’affirmer dans sa posture d’artiste.

Share this Post

Beltimentas | Photographies de Lucio Aru & Franco Erre et Performance Théâtrale

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie, Théâtre Leave a Comment

© Lucio Aru & Franco Erre
© Lucio Aru & Franco Erre
1 mars – 3 mars 2019
VERNISSAGE et PERFORMANCE THEATRALE
le vendredi 1 mars à 18h
PROJECTION DU FILM
The Stuff of Dreams de Gianfranco Cabbidu
le samedi 2 mars à 18h
HORAIRES : vendredi de 15h – 21h, samedi et dimanche de 10h – 20h

Beltimentas | Photographies de Lucio Aru & Franco Erre et performance théâtral The Dress of Memories

Lors de la Fashion Week 2019, Paris sera la première étape du projet photographique Beltimentas, qui offre un nouveau point de vue sur le patrimoine identitaire sarde lié au vêtement et au costume traditionnel. Après la capitale française, l’initiative atterrit à Moscou et à Doha.

Le projet

La Fashion Week de Paris est l’un des événements les plus importants et les plus attendus au monde. Cette année, lors du grand événement programmé du 25 février au 5 mars, la capitale française sera une vitrine de l’excellence pour une partie de la Sardaigne. Le Studio Galerie B&B, spécialisé dans les expositions photographiques, accueillera du 1er au 3 mars Beltimentas (« vêtements » en Sardaigne), un format créatif proposant une nouvelle perspective du patrimoine identitaire sarde liée au vêtement et à la coutume.

L’initiative est conçue et organisée par la Compagnia B de Cagliari (Sardaigne – Italie), sous la tutelle de Micaela Deiana, et réalisée grâce à la contribution économique de la région autonome de Sardaigne (Programme opérationnel régional – POR – Fonds européen de développement régional 2014-2020).

Le Studio Galerie B&B abritera une exposition photographique et une courte représentation théâtrale proposant un usage contemporain de la tradition dans une perspective mêlant art, artisanat, design et tradition ethno-anthropologique. Il utilise les langages expérimentaux de l’art, du théâtre et de la photographie pour valoriser les caractères ethno-anthropologiques qui animent la production culturelle sarde.

Après Paris, Beltimentas sera exposée au Centre Winzavod pour l’art contemporain de Moscou (du 30 mars au 1er avril) et à Doha (Qatar) les 4 et 5 avril, dans le but de donner une visibilité particulière aux produits Made in Sardinia à l’occasion d’événements qui rappellent un public particulièrement sensible aux interconnexions entre culture, mode et design.

L’exposition Beltimentas

L’exposition photographique porte la signature de deux photographes internationaux, Lucio Aru et Franco Erre, qui, après des expériences professionnelles à Bologne et à Milan, se sont installés à Berlin en 2013, où ils vivent et produisent toujours, passant du portrait à la mode, mélangeant leurs antécédents respectifs.

Les images photographiques sont accompagnées d’une performance théâtrale, The Dress of Memories, dirigée par Alice Capitanio dans laquelle les costumes, les rôles sociaux, la vie quotidienne et la vie de famille émergent à travers les rôles de costumes traditionnels. À la fin de la représentation, le public sera en mesure d’interagir avec les costumes, de les toucher, de les sentir et de les porter afin de créer une implication émotionnelle et sensorielle du spectateur.

“Dans la culture sarde, le vêtement traditionnel a acquis la valeur de rester debout, renfermant les signes de l’histoire et la vie quotidienne de chaque individu dans son tissage. Chaque vêtement était comme un instantané de la vie de son porteur. Certains signes, parfois mystérieux, peuvent être revécus dans la communication moderne dans le monde de la mode, où le vêtement traditionnel est devenu un moyen de parler de soi à travers de véritables symboles culturels différenciés.

Encore aujourd’hui, il existe un long fil qui unit toutes les parties de notre corps. Un fil tissé qui accueille et couvre. Il contient le corps du nouveau-né, sa croissance à l’âge adulte et l’accompagne jusqu’à sa mort. Être habillé, habillé, c’est être en contact avec d’autres personnes, s’habiller est un statut et encore plus, c’est une expression de communication non verbale, une expression du besoin humain d’empathie, d’être regardé, écouté, compris, même par un inconnu, nous pourrions nous rencontrer.

Un fil tissé unissait les communautés autour de l’ancienne Sardaigne et c’est le même fil qui unit les gens aujourd’hui, enveloppés dans leur besoin de se sentir moins seuls.” (Alice Capitanio – Directeur artistique du projet Beltimentas)

Sardaigne et les vêtements traditionnels

La Sardaigne est une terre riche en histoire et en traditions. Outre ses beautés naturelles, qui la rendent célèbre dans le monde entier, elle présente de nombreux aspects folkloriques dont les racines remontent à plusieurs siècles. L’un des éléments les plus typiques est certainement la variété des vêtements locaux, différents d’un pays à l’autre. Les costumes sardes, dont les couleurs et les motifs ont été transmis presque inchangés depuis au moins 500 ans, sont particulièrement élaborés et colorés: des couleurs riches et lumineuses pour les femmes, plus sévères pour les hommes. L’ancienne tradition vestimentaire et traditionnelle en Sardaigne continue de fasciner tant par le relief historique des créations que par l’originalité et la variété des modes vestimentaires.

Les robes de l’île sont très différentes les unes des autres, pratiquement chacune des 370 municipalités de l’île préserve la mémoire historique et les défend avec fierté, car l’ancienne façon de se vêtir cache l’identité de chaque pays, est le témoignage vivant de sa culture et le moyen de comprendre le plaisir, le travail, la douleur. La robe, dans le passé, a souligné les différents moments du cycle de la vie: simple dans la vie quotidienne, magnifique à l’époque de la fête, sobre et composé dans des moments de deuil. Aujourd’hui, presque personne ne porte plus les anciennes coutumes dans la vie quotidienne, il ne reste que des personnes âgées dans les villes les plus centrales de la Sardaigne.

Direction artistique, idéation et production

Compagnia B a été créée en 2004 par Alice Capitanio et Luca Sorrentino. Il s’agit d’un groupe de travail ouvert aux formes d’art les plus diverses et travaillant dans une perspective de contamination absolue entre codes d’expression. Il organise des ateliers, des performances sensorielles, des spectacles et des événements culturels comportant un élément expérimental, dans lequel les arts rencontrent l’innovation sociale.

Curation

Micaela Deiana est chargée de projets dans le domaine des arts contemporains. Elle travaille comme commissaire d’événements et d’expositions d’art et développe des projets pour des organismes publics et privés. Elle est une stratège des médias sociaux pour les initiatives culturelles. Elle collabore avec des magazines du secteur (Flash art, Giornale dell’arte) et écrit pour la page Culture et divertissement du journal Unione Sarda.

Share this Post

Art-Mas Exhibition Announcement for Asian Art Group

Art-Mas | Exposition collaborative entre artistes français et coréens

Stimprud Art contemporain, Dessin, Expositions, Peinture, Photographie Leave a Comment

14 – 20 décembre 2018
VERNISSAGE le vendredi 14 décembre à 17h – 20h
HORAIRES : semaine 15h – 20h, samedi et dimanche de 14h – 19h

Art-Mas | Exposition collaborative entre artistes français et coréens

Kim Kyung Hwa | Jang Hyo Kyoung | Seo Young Joo | Huh Eun Man | |Jang Cecilia | Son Kyung Hee | Jeon Sun Hwa | Choi Hae Jung | 75070 PariSéoul | Song Kwang Yeon | Yeon Gyu Hye | Bae Sung Eun | Eurielle INK | Lucila Viso | Jean-Bernard Chardel | S. Hanie | Seo Won | Yoo Ji Hye

organisé par AAG (Asian Art Group)

Agence artistique, établie depuis 2018 à Paris, nous avons pour but de développer la visibilité des Arts d Asie sur le marché européen.

Exhibition Unspectacular Subjects by Charles Brink at Studio Galerie B&B from 3 - 10 December 2018.

Unspectacular Subjects | Charles Brink

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

Exposition Unspectacular Subjects by Charles Brink
3 décembre – 9 décembre 2018
VERNISSAGE le jeudi 6 décembre à 18h
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 20h, samedi de 10h – 20h, dimanche de 10h – 19h

Unspectacular Subjects | Photographies de Charles Brink

Mon exposition propose un choix de photographies de lieux, d’objets ou d’êtres croisés au hasard de mes déplacements. Je ne recherche pas le spectaculaire, je tente seulement de mettre en lumière la singularité de sujets ordinaires.

Au quotidien, notre œil rencontre des objets, mais conditionnés par notre éducation et nos attentes, nous observons le monde en fonction de ce que nous pensons qu’il doit être.

Or, la photographie, reposant sur la capacité d’observer et d’isoler quelque chose dans un cadre ordinaire, est l’exposition d’un certain regard sur la réalité, afin que l’autre puisse pénétrer dans cette vision.

C’est une invitation au partage.