Gotas de Azahar | Atelier MayeCamarena

Stimprud Art contemporain, Sculpture Leave a Comment

18 – 20 octobre 2018
VERNISSAGE
le jeudi 18 octobre à 18h
HORAIRES : vendredi de 12h – 20h, samedi 11h – 15h

Gotas de Azahar | Œuvres d’Atelier MayeCamarena

Un instant de 43 ans par Francisco Javier Avila Maye, Madrid, juin 1973.

J’entends un nouveau son … Un son qui m’enveloppera et remplira de joie toute ma vie.  Le cliquetis de quelques marteaux étranges adapté à des mains rythmiques donnant forme à une simple plaque, la remplissant de fantaisie ornementale disposée à émouvoir n’importe quel oeil qui sache regarder.

A cet instant précis, ma vie professionnelle a débutée contant seulement treize ans !

Les nuits de Madrid avaient un enchantement spécial : crayons, lumières et ombres, couleurs et ciselure, Ecole d’arts appliqués et métiers artistiques (74-77) … diplômes et récompenses, quelle émotion !  Arriveront ensuite d’autres écoles : Circulo des Beaux-Arts (77-80), Académie de peinture Cervantès (80-83).

D’autres plaques ciselées pour des pièces uniques, différents ateliers et techniques d’orfèvrerie mais naturellement, des années d’expérience.

Après avoir travaillé dans différentes villes d’Espagne, tels que Madrid, Murcia, Ciudad Real et Séville, je me trouve installé à Paris, le berceau de l’Art, suivant le sillage de foi et d’optimisme de ma compagne, une excellente et passionnelle parisienne.  En ce moment, je regarde en arrière et me retrouve au prélude de mon apprentissage, voulant apprendre et transmettre mon expérience et les différentes techniques d’orfèvrerie à mon fils Borja, tout en continuant d’appliquer ma ciselure, ici, à Paris.

La naissance d’une oeuvre par Monique Camarena

Une idée naît dans l’esprit de l’orfèvre, nuit et jour pensant à elle.

Son étude, sa fabrication, tous les éléments fondamentaux pour donner vie à cette pièce unique sortie de son imagination.
S’opère alors la magie !

Avec habilité, l’orfèvre fait courir son crayon sur le papier blanc et observe l’esquisse de la pièce afin de communier avec elle. Moments d’intimité et de création …

Avec émotion et assurance, son histoire d’amour avec les métaux se déclenche. Sur la plaque lisse, se voit refléter le dessin de cette pièce unique et tel un directeur d’orchestre, il dirige les mouvements rythmiques de ses ciselets et marteaux sur la plaque. Sculpteur de métaux, l’orfèvre donne du relief et de la profondeur à son oeuvre Moments fusionnels … Orfèvre et métal, métal et orfèvre, une seule entité.

Des semaines ou des mois et enfin surgit la pièce.

Débordante d’ornements végétaux ou figuratifs, décorations géométrique ou textures,

Légère comme une plaque et forte comme du métal

La naissance d’une oeuvre, et avec elle s’en va une partie de l’âme de son orfèvre

Joie | Tableaux de Jung-eun Her et Yeongmi Heo

Stimprud Art contemporain, Peinture

© HER Jung-eun

© HEO Yeongmi

13 – 14 octobre 2018
HORAIRES : samedi et dimanche de 10h – 19h

Joie | Tableaux de Jung-eun HER et Yeongmi HEO

Exhibition of photographs by Elise Prudhomme entitled Lieux-dits at Studio Galerie B&B in Paris, France from 5 - 22 November 2018.

Lieux-dits | Elise Prudhomme

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

5 novembre – 22 novembre 2018
VERNISSAGE
le mardi 6 novembre à partir de 18h00
HORAIRES : mardi – vendredi 15h – 20h, samedi et dimanche 10h – 19h

Lieux-dits | Photographies d’Élise Prudhomme

Photographe auteur, Élise Prudhomme explore des procédés créatifs de photographie depuis la prise de vue jusqu’au tirage. La matérialisation d’idées sur un support sensible inspire le traitement du sujet qu’il s’agisse d’un espace intérieur, d’un paysage ou d’un portrait. Intéressée par la capacité des appareils analogue ou numériques à capturer l’espace et créer l’illusion, elle maîtrise le medium dans l’expression surréaliste de son environnement.

Lieux-dits sont de courtes histoires, des moments de vie quotidienne au cours desquels l’esprit du lieu, émotions ressenties à un endroit et non un temps donné, prime sur la perception visuelle qui généralement accompagne sa découverte. En voyage, quand le temps se prête à l’éveil des sens, ils évoquent des rencontres, des lumières et des langues étrangères vécus, avec le sentiment d’aventure.

A travers des superpositions complexes ce projet révèle de multiples amers venant ancrer les émotions associées à ces lieux de passage au sein de la mémoire.

Site Web

Biographie

Diplômée de Smith Collège en histoire de l’art et de littérature Italienne, Elise Prudhomme utilise la photographie pour réaliser un travail d’auteur tout en poursuivant ses recherches sur les techniques photographiques à Florence et dans le Maine (USA). Dans les années 90, elle s’installe à Paris où elle participe à la création du catalogue raisonné de Francis Picabia.

Auto-conscience, sa première série en moyen format argentique noir et blanc est primée à Royan, puis en 2012 lors du Grand Prix de Riedisheim sur le thème « Au Féminin » :

Par ce travail d’autoportrait, je raconte la recherche de la conscience de soi d’une jeune femme. Placé comme témoin, l’appareil photographique joue un rôle important dans les étapes qui mène à celle-ci ; il incite à la fois à se découvrir et à se dévoiler à travers la construction de sa propre image.

Avec enthousiasme et rigueur, Élise Prudhomme explore des procédés créatifs combinant la photographie analogue et numérique avec des appareils photographique moyen et grand formats.  La lumière est son premier outil et inspire le traitement du sujet qu’il s’agisse d’un espace intérieur, d’un paysage ou d’un portrait comme l’illustre ses reportages pour la Fondation Nationale des Parcs et Jardins et pour l’Association Théodore Roosevelt.

Erbil, la citadelle de nuit photographié par Olivier Prévôt

Erbil, à l’ombre de sa citadelle | Olivier Prévôt

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

Erbil, la citadelle de nuit photographié par Olivier Prévôt
23 novembre – 25 novembre 2018
VERNISSAGE
le vendredi 23 novembre à 18h
HORAIRES : vendredi de 16h – 21h, samedi et dimanche de 10h – 20h

Erbil, à l’ombre de sa citadelle | Photographies d’Olivier Prévôt

Diplômé de SPEOS, Olivier Prévôt a photographié le Moyen-Orient de 2008 à 2014 avant de s’attacher plus à l’écriture comme rédacteur à la revue L’esprit de Narvik et au mensuel Causeur. C’est ainsi qu’il se présente :

« J’ai abordé la photographie passé l’âge de quarante ans.

Je ne sais pas exactement d’où est surgie cette nécessité : entre émotion esthétique, voire érotique, et convocation politique, le Moyen-Orient s’est imposé à moi comme un lieu obligatoire. J’y suis allé, j’y vais encore de manière récurrente, obsessionnelle. De l’Irak au Koweït, des camps palestiniens de Jordanie aux dockers du port de Dubaï, des banlieues syriennes à celle des petites villes kurdes de Turquie ou du Liban, je tente de comprendre autant ce qui s’y passe que ce qui m’y pousse. Comme dans le film éponyme de Joana Hadjithomas, Je veux voir.

Plus photographe en voyage que de voyages, je m’efforce de gommer tout pittoresque excessif, et toute convocation de l’exotisme – celui-ci pouvant toutefois surgir ou s‘insinuer dans ce que je donne à voir, la photographie de reportage oscillant toujours entre une maîtrise tentée et un réel rebelle, un art de la défaite.
Je n’aime pas beaucoup les turbans obligatoires, préférant de loin un maillot de foot sur un corps adolescent à l’abandon, ni l’ocre parfait des bâtiments historiques quand un mur de parpaings inégalement ravalé me raconte tant d’histoires… »

Décédé fin 2016, il a laissé plus de 55 000 photographies inédites.

Olivier Prévôt a effectué deux séjours début 2009 dans le Kurdistan irakien et particulièrement dans la capitale de la région autonome, Erbil. Sa citadelle, inscrite par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité, est le cœur de cette exposition. Autour d’elle, ont été disposés des portraits de personnes qui y vivent, des témoignages de la dégradation du temps et de images de ces petites particularités qui la rendent attachante, comme l’extraordinaire tissage de fils électriques partout dans la ville. C’est un cadre posé pour les futures expositions d’Olivier Prévôt sur le Kurdistan irakien.

Exhibition Unspectacular Subjects by Charles Brink at Studio Galerie B&B from 3 - 10 December 2018.

Unspectacular Subjects | Charles Brink

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

Exposition Unspectacular Subjects by Charles Brink
3 décembre – 10 décembre 2018
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 20h, samedi de 10h – 20h, dimanche de 10h – 19h

Unspectacular Subjects | Photographies de Charles Brink

Mon exposition propose un choix de photographies de lieux, d’objets ou d’êtres croisés au hasard de mes déplacements. Je ne recherche pas le spectaculaire, je tente seulement de mettre en lumière la singularité de sujets ordinaires.

Au quotidien, notre œil rencontre des objets, mais conditionnés par notre éducation et nos attentes, nous observons le monde en fonction de ce que nous pensons qu’il doit être.

Or, la photographie, reposant sur la capacité d’observer et d’isoler quelque chose dans un cadre ordinaire, est l’exposition d’un certain regard sur la réalité, afin que l’autre puisse pénétrer dans cette vision.

C’est une invitation au partage.

Work by Marcus McAllister entitled Picasso, exhibited by Galerie Polysémie at Studio Galerie B&B in Paris, France from 28-30 September 2018.

Le temps d’un weekend | Galerie Polysémie présente Anne Lemaitre, Dominique Liccia, Marcus McAllister & Raâk

Stimprud Art contemporain, Dessin, Sculpture

Picasso © Marcus McAllister, page de carnet

Picasso © Marcus McAllister, page de carnet

28 septembre – 30 septembre 2018
VERNISSAGE
le vendredi 28 septembre à partir de 18h00
Samedi 29 – Thé à partir de 15h après apéro sympa
Dimanche 30 – Finissage à partir de 16h
HORAIRES : vendredi de 15h – 21h, samedi de 10h – 20h, dimanche de 10h – 19h

Le temps d’un weekend | Galerie Polysémie présente des Œuvres d’Anne Lemaitre, Dominique Liccia, Marcus McAllister & Raâk

Galerie Polysémie I contact@polysemie.com I +33 0607 272 558

Olivier Prévôt expose sa série photographique La Mine Ortasu au Studio Galerie B&B

La mine d’Ortasu | Olivier Prévôt

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie

Olivier Prévôt expose sa série photographique La Mine Ortasu au Studio Galerie B&B
25 mai – 27 mai 2018
VERNISSAGE
le vendredi 25 mai à partir de 18h00
HORAIRES : vendredi de 16h – 21h, samedi de 10h – 21h, dimanche de 10h – 20h

 La mine d’Ortasu | Photographies d’Olivier Prévôt

Diplômé de SPEOS, Olivier Prévôt a photographié le Moyen-Orient de 2008 à 2014 avant de s’attacher plus à l’écriture comme rédacteur à la revue L’esprit de Narvik et au mensuel Causeur. C’est ainsi qu’il se présente :

« J’ai abordé la photographie passé l’âge de quarante ans.

Je ne sais pas exactement d’où est surgie cette nécessité : entre émotion esthétique, voire érotique, et convocation politique, le Moyen-Orient s’est imposé à moi comme un lieu obligatoire. J’y suis allé, j’y vais encore de manière récurrente, obsessionnelle. De l’Irak au Koweït, des camps palestiniens de Jordanie aux dockers du port de Dubaï, des banlieues syriennes à celle des petites villes kurdes de Turquie ou du Liban, je tente de comprendre autant ce qui s’y passe que ce qui m’y pousse. Comme dans le film éponyme de Joana Hadjithomas, Je veux voir.

Plus photographe en voyage que de voyages, je m’efforce de gommer tout pittoresque excessif, et toute convocation de l’exotisme – celui-ci pouvant toutefois surgir ou s‘insinuer dans ce que je donne à voir, la photographie de reportage oscillant toujours entre une maîtrise tentée et un réel rebelle, un art de la défaite.

Je n’aime pas beaucoup les turbans obligatoires, préférant de loin un maillot de foot sur un corps adolescent à l’abandon, ni l’ocre parfait des bâtiments historiques quand un mur de parpaings inégalement ravalé me raconte tant d’histoires… »

Décédé fin 2016, il a laissé plus de 55 000 photographies inédites.

Ici est présentée une sélection de photographies réalisées en août 2009 de la mine de charbon d’Ortasu en Turquie, à la frontière irakienne. La poussière, les mineurs et leur vie, ces montagnes en plein pays Kurde forment des tableaux d’une humanité simple et heureuse aujourd’hui disparue, après les tragiques événements de décembre 2011.

Usual Splendor of America Ludo Rico Photography Exhibition Studio Galerie B&B

Usual Splendor of America | Ludo Rico

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie

Usual Splendor of America Ludo Rico Photography Exhibition Studio Galerie B&B

5 avril – 8 avril 2018

Usual Splendor of America

EXPOSITION EN HOMMAGE AU REGARD DE LUDO RICO

Les images de Usual Splendor of America sont issues d’un road trip aux Etats Unis en Janvier 2012.  Ludo nous entraine avec lui dans cette plénitude, un parcours en suspens qui traverse plusieurs états de l’Ouest.  Ses photos sont une cartographie de son no-man’s land américain.

Contemporary Art Exhibition Galerie Lemétais, M Gallery and Polysémie at Studio Galerie B&B

Another Christmas sur le canal Saint Martin | Les Galeries Lemétais, M Gallery et Polysémie exposent

Stimprud Art contemporain, Expositions

Contemporary Art Exhibition Galerie Lemétais, M Gallery and Polysémie at Studio Galerie B&B

7 décembre – 10 décembre 2017

Another Christmas sur le canal Saint Martin

Réunies pendant 4 jours pour vous offrir le meilleur de leurs artistes, à petit prix.

P.Chapelière, D.Cicolani, K.Cozma, Darédo, D.Gonçalvez,
G.Mabounga, J.P.Nadau, I.Ortiz, E.Postic, J.Shiljan, I.Sucahyo, Zeferino

Evelyne Postic Contemporary Art Exhibition Galerie Lemétais, M Gallery and Polysémie at Studio Galerie B&B

© Evelyne Postic

Galerie Polysémie I contact@polysemie.com I +33 0607 272 558
Galerie Pol Lemétais I galerie@lemetais.com I +33 0672 956 018
Galerie M I dariaannamoldovan@gmail.com I +39 333 940 9374

 

Silent Life, Christine Baudoin and Rieja Van Aart, Photography Exhibition | Studio Galerie B&B

Vie Silencieuse | Christine Baudoin et Rieja Van Aart

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie

Silent Life, Christine Baudoin and Rieja Van Aart, Photography Exhibition | Studio Galerie B&B

9 novembre – 11 novembre 2017

Vie Silencieuse

A partir d’une série de photographies prises par Christine Baudoin dans une maison en pleine transformation, Rieja van Aart a choisi de répondre à certaines d’entre elles par des compositions de natures mortes.

Christine Baudoin est une photographe-plasticienne française, qui sensible aux ambiances urbaines et aux paysages, propose régulièrement depuis 2011 une interprétation souvent magnifiée de son environnement quotidien.

Rieja van Aart, photographe-plasticienne Néerlandaise, s’est spécialisée en still life (vie silencieuse). Elle compose ses images à l’aide d’objets trouvés, restes d’animaux, plantes, papiers et étoffes.

cbaudoinhillion.ultra-book.com
Riejavanaart.ultra-book.com

Tōkyō: Urban Immersion, Giovanni Maggiora, Photography Exhibition, Studio Galerie B&B

Tōkyō: Immersion Urbaine | Giovanni Maggiora

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie

Tōkyō: Urban Immersion, Giovanni Maggiora, Photography Exhibition, Studio Galerie B&B

30 octobre – 5 novembre 2017

Tōkyō: Immersion Urbaine

Les images de Tōkyō: Immersion Urbaine sont issues d’un long séjour au Japon début 2017.  Un parcours intense et dépaysant, au travers des foules du métro et des grandes avenues étincelantes de la capitale, mais aussi de ses petites ruelles calmes, des temples paisibles et des comptoirs chaleureux des izakaya, les petits bistrots qui sont peut-être le vrai cœur. Il en est sorti un projet photographique qui n’est pas seulement l’illustration d’un pays et de sa capitale, mais surtout une réflexion sur le lien d’humanité et les défis qui nous réunissent tous, habitants des métropoles modernes.

Harpout by Olivier Prévôt, Photography Exhibition Studio Galerie B&B

Harpout | Olivier Prévôt

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie

Harpout by Olivier Prévôt, Photography Exhibition Studio Galerie B&B

13 octobre – 15 octobre 2017

Harpout

Diplômé de SPEOS, Olivier Prévôt a photographié le Moyen-Orient de 2008 à 2014 avant de s’attacher plus à l’écriture comme rédacteur à la revue L’esprit de Narvik et au mensuel Causeur.

Ici est présenté une sélection de photographies de la ville de Harpout en Turquie réalisées en décembre 2008. Cet ensemble de paysages et de ruines sous la neige et dans le brouillard fait profondément écho au drame du génocide arménien qui s’est déroulé dans ces lieux, il y a un peu plus d’un siècle.

Stretch out the arms above the abyss Christine Delory-Momberger Photography Exhibition

Tendre les bras au-dessus des abîmes | Christine Delory-Momberger

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie

Stretch out the arms above the abyss Christine Delory-Momberger Photography Exhibition

17 octobre – 22 octobre 2017
Conférence le jeudi 19 octobre, à 19h, « Quand l’image fait mémoire » Rencontre avec Christine Delory-Momberger en conversation avec Gérard Gromer

tendre les bras au-dessus des abîmes

Cette série, envisagée comme une archéologie de soi par l’image, fait se rejoindre histoire personnelle, histoire familiale et histoire collective à travers quatre générations.

Elle part d’une photographie de famille retrouvée que j’interroge pour donner vie aux personnages de l’image. Pour cela, je fais de mon appareil photographique l’instrument d’un travail de fouille en explorant de façon répétée des parties des images. Les nouvelles images produites s’inscrivent ainsi dans l’actualité d’une expérience qui provoque l’émergence de souvenirs oubliés, d’associations inattendues, d’agencements avec des photographies actuelles. Les images qui émergent deviennent chacune à leur tour et toutes ensemble des éléments tangibles d’une histoire que viennent traverser des fantômes du passé, la signant d’une saignée de l’âme. – Christine Delory-Momberger

Christine Delory-Momberger est universitaire, essayiste et artiste photographe. Elle mène depuis 2010 un travail photographique sur l’intime, la mémoire, l’histoire personnelle et collective dans lequel elle mêle dans un geste intuitif photographies personnelles ou anonymes, images d’archives et images récentes. Elle fouille l’image dans une incessante quête, tentant de traverser la fixité de sa surface, d’aller au-delà de l’étale de ce qu’elle montre à voir pour toucher l’enfoui, le profond, l’inouï. De nouvelles images surgissent alors, s’assemblent et forment une histoire incertaine, hantée, tendue d’une violence sourde.

Au titre de son intérêt pour le biographique et de sa relation à la photographie, elle est l’auteure de nombreuses publications sur la photographie et intervient régulièrement dans des congrès internationaux.

Christine Delory est représentée par l’Agence Révélateur. Elle est membre de FemmesPHOTOgraphes.

Les tirages de l’exposition ont été réalisés par l’Atelier Le Rideau Noir, atelier de tirages argentiques noir & blanc, Nathalie Lopparelli

L’exposition est présentée dans le cadre des Rencontres Photographiques du 10ème.

www.rencontresphotoparis10.fr
www.christinedeloryphotography.com
www.femmesphotographes.eu

ParisArtistes#2017 Exhibition Odile Gine, Juliette Trevidic & Yolaine Wuest Studio Galerie B&B

ParisArtistes#2017 | Odile Gine, Juliette Trevidic et Yolaine Wuest

Stimprud Art contemporain, Expositions, Peinture, Photographie, Sculpture

ParisArtistes#2017 Exhibition Odile Gine, Juliette Trevidic & Yolaine Wuest Studio Galerie B&B

6 octobre – 8 octobre 2017

Photographies d’Odile Gine

Sculptures de Juliette Trevidic

Tableaux de Yolaine Wuest

Marie, Ming and I by Mafi Espirito Santo Art Exhibit Studio Galerie B&B

Marie, Ming et Moi | Mafi Espirito Santo

Stimprud Art contemporain, Expositions, Peinture, Photographie

Marie, Ming and I by Mafi Espirito Santo Art Exhibit Studio Galerie B&B

13 septembre – 17 septembre 2017

Marie, Ming et Moi

Mafi Espirito Santo utilise les plans des villes où elle est une vécu comme toile pour ses tableaux. Elle divaguait dans les rues dynamiques de Shanghai ainsi que des villes proches avec un plan à la main. Ses merveilleuses rencontres avec des inconnus ou des objets, ont suscité en elle de vives émotions et un fort d’intérêt de cette nouvelle culture. Les multiples couleurs, les activités, les mouvements, les femmes, les enfants, la vie quotidienne l’ont fasciné. Ainsi traduire la conception de la vie des habitants de Shanghai, tout en se découvrant elle-même, l’ont motivé à faire de nouvelles découvertes à Paris par «Searching for MA».

Une autre caractéristique du travail de Mafi sont les réflexions sur l’histoire de la femme dans différentes cultures et différentes conceptions de la beauté qui se révèlent dans ses œuvres. Ses tableaux sont une méditation subtile sur les motifs d’un pays, les traditions et l’émancipation de la femme.

www.mafiespiritosanto.com

Life in Flowers Exhibition Contemporary Nihon-ga Painting by Artist Serafiavictoria

La Vie en Fleurs | Peinture Nihon-ga contemporaine de Serafiavictoria

Stimprud Art contemporain, Expositions, Peinture

Life in Flowers Exhibition Contemporary Nihon-ga Painting by Artist Serafiavictoria

23 mai – 4 juin 2017

La Vie en Fleurs

Karen Larson, l’artiste américaine travaillant sur le nom « Serafiavictoria », expose ses tableaux de cette technique japonaise traditionnelle. Nihon-ga utilise les pigments minéraux, végétaux et les feuilles de métaux mélanges avec les doigts avec une colle organique. On applique la peinture sur papier maroufle sur panneaux du bois. Les tableaux sont exposés dans les cadres sans verre.

Les sujets floraux de cette exposition jouent avec le passage du temps en évoquant la cote éphémère de la jeunesse et de la beauté de la nature.

www.serafiavictoria.com

Portraits of Kurdistan, 2008 The Beginning Olivier Prévôt Expo Photo Studio Galerie B&B

Portraits du Kurdistan, 2008 Les Débuts | Olivier Prévôt

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie

Portraits of Kurdistan, 2008 The Beginning Olivier Prévôt Expo Photo Studio Galerie B&B

5 mai – 8 mai 2017

Portraits du Kurdistan, 2008 Les Débuts | Photographies d’Olivier Prévôt

Diplômé de SPEOS, Olivier Prévôt a photographié le Moyen-Orient de 2008 à 2014 avant de s’attacher plus à l’écriture comme rédacteur à la revue L’esprit de Narvik et au mensuel Causeur. C’est ainsi qu’il se présente :

« J’ai abordé la photographie passé l’âge de quarante ans. Je ne sais pas exactement d’où est surgie cette nécessité : entre émotion esthétique, voire érotique, et convocation politique, le Moyen-Orient s’est imposé à moi comme un lieu obligatoire. J’y suis allé, j’y vais encore de manière récurrente, obsessionnelle. De l’Irak au Koweït, des camps palestiniens de Jordanie aux dockers du port de Dubaï, des banlieues syriennes à celle des petites villes kurdes de Turquie ou du Liban, je tente de comprendre autant ce qui s’y passe que ce qui m’y pousse. Comme dans le film éponyme de Joana Hadjithomas, Je veux voir.

Plus photographe en voyage que de voyages, je m’efforce de gommer tout pittoresque excessif, et toute convocation de l’exotisme – celui-ci pouvant toutefois surgir ou s’insinuer dans ce que je donne à voir, la photographie de reportage oscillant toujours entre une maîtrise tentée et un réel rebelle, un art de la défaite.

Je n’aime pas beaucoup les turbans obligatoires, préférant de loin un maillot de foot sur un corps adolescent à l’abandon, ni l’ocre parfait des bâtiments historiques quand un mur de parpaings inégalement ravalé me raconte tant d’histoires… »

Décédé fin 2016, il a laissé plus de 55 000 photographies inédites. Ici est présenté un ensemble de portraits réalisés au Kurdistan turc en 2008, au début de son travail de photographe, témoignage sensible et généreux, mais aussi historique dans des lieux qu’il est maintenant difficile de visiter sereinement.

Suzanne Moxhay Arborteum Galerie Jean Louis Ramand Fotofever 2017

Sabrina Biancuzzi, Johann Fournier et Suzanne Moxhay | présentés par Galerie Jean Louis Ramand, Noorforart Contemporary – Parcours Fotofever 2017

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie

Suzanne Moxhay Arborteum Galerie Jean Louis Ramand Fotofever 2017

Arboreteum, Suzanne Moxhay

 

Johann Fournier Hematomes Galerie Jean Louis Ramand Fotofever 2017

Hematomes, Johann Fournier

 

Sabrina Biancuzzi She Galerie Jean Louis Ramand Fotofever 2017

She, Sabrina Biancuzzi

24 avril – 1 mai 2017

Galerie Jean Louis Ramand, Noorforart Contemporary | Photographies de Sabrina Biancuzzi, Johann Fournier et Suzanne Moxhay
Fotofever 2017

Noorforart Contemporary a été fondée en 2012 par Jean Louis Ramand à Aix en Provence. Découverte et Promotion des artistes étant au coeur de son ADN, la structure devient une galerie en 2014 et s’intéresse à la jeune création contemporaine mais aussi à des artistes déjà établis issus d’horizons géographiques, culturels et esthétiques variés. La galerie fait déjà preuve de dynamisme et d’engagement auprès de ses artistes plasticiens rendant visible leur travail selon des lignes directrices portées principalement par le dessin, les oeuvres sur papier et la photographie contemporaine.

La galerie s’attache aussi à accompagner ses artistes dans la production d’œuvres particulières dans une vision d’activité curatoriale autour de projets de présentations personnelles et de confrontations passionnantes.

La galerie s’attache aussi à accompagner ses artistes dans la production d’œuvres particulières dans une vision d’activité curatoriale autour de projets de présentations personnelles et de confrontations passionnantes.

jeanlouisramand.com

À découvert d'Elise Prudhomme Expo Photo Studio Galerie B&B Mois de la Photo 2017

À découvert | Elise Prudhomme

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie

À découvert d'Elise Prudhomme Expo Photo Studio Galerie B&B Mois de la Photo 2017
28 mars – 23 avril 2017

À découvert | Photographies d’Elise Prudhomme
Mois de la Photo Off 2017

Au milieu d’un jardin, de la forêt, perché sur la branche d’un arbre ou lové à l’ombre du feuillage, le corps nu, divinement animal, s’inscrit dans l’ordre de la nature. Mais y a-t-il sa place dans l’ordre du réel ? De cette nostalgie de fusion avec le royaume des mères, l’artiste ne semble pas tout à fait sortie. Le temps d’un instant, cachée au plus haut d’un arbre-refuge, elle devient oiseau. Son oeil de photographe forge sans relâche des images du paradis où s’exprime le désir de recouvrer la Volupté de l’envol propre à la création.

À découvert est le premier volet d’un travail débuté dans les années 80 sur l’exploration de soi et du médium de la photographie. Il sera suivi, dans les années 90, par un travail plus intime intitulé Auto-conscience.

eliseprudhomme.com

Isabella Ortiz presented par Galerie Polysémie Outsider Art Studio Galerie B&B

Isabella Ortiz | présentée par Galerie Polysémie

Stimprud Art contemporain, Expositions, Peinture

Isabella Ortiz presented par Galerie Polysémie Outsider Art Studio Galerie B&B

21 – 26 mars 2017

Isabella Ortiz | présentée par Galerie Polysémie

Ayant vécu, enfant, en Australie (2 ans) puis en Alaska (2 ans) – j’ai été traversée par des mythes, contes et légendes inuits, aborigènes, amérindiens: j’en ai fait une sorte de ‘melting pot’ pour créer ma propre mythologie qui apparaît dans les figures de mes dessins automatiques.

Les infinies nervures, synapses, alvéoles, qu’on retrouve dans mes travaux font écho à ma maladie des poumons, suite à laquelle je suis devenue peintre autodidacte, tardivement ; en 2009.

Aussi, les multitudes de points, de traits fins qui se superposent, s’enchevêtrent, s’entremêlent comme autant de radicelles, rhizomes, racines transposent de façon symbolique, mon désir de racines, mon métissage… par mes tissages.