Black Holes » est une métaphore de l'humanité.  Face à la lumière, les corps mis à nus rappellent la fragilité de la nature humaine.  Les modèles photographiés sont en survie, ils cherchent à continuer à vivre en paix malgré la vie en danger.

Black Holes | voyage photographique de Julien Sunyé

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

27 mai – 13 juin 2019
VERNISSAGE le mardi 28 mai à 18h
HORAIRES : lundi – vendredi de 15h – 20h, samedi de 10h – 20h, dimanche de 10h – 18h

Black Holes | voyage photographique de Julien Sunyé

La guerre n’est pas finie, stigmates extérieurs et intérieur

Paris, Mai 2019

“Chaque année, nous célébrons la paix, mais en réalité nous sommes toujours en guerre”. A travers 24 destinations européennes, 54 prises de vues, 26 000 kilomètres, le photographe Julien Sunyé évoque les traumatismes des conflits traversés, ceux que l’on pense avoir oubliés ou ceux que l’on ignore par déni. Ici, la photographie révèle comme un cri « l’être vulnérable en quête de paix ». Une série poignante d’une cinquantaine de photographies couleur et noir et blanc qui remet en question l’identité de chacun face à la violence des conflits intérieurs, comme ceux qui ont opposé ou opposent encore les hommes aujourd’hui dans le monde.

Une métaphore de l’humanité

« Black Holes » est une métaphore de l’humanité. Face à la lumière, les corps mis à nus rappellent la fragilité de la nature humaine. Les modèles photographiés sont en survie, ils cherchent à continuer à vivre en paix malgré la vie en danger. Depuis toujours, l’espèce humaine lutte pour apaiser ce qui l’a mise à mal, ces blessures que l’on ne peut jamais tout à fait effacer ni réparer. Julien Sunyé évoque par son travail la recherche de la paix : « Les émotions qui nous traversent trouvent souvent leurs origines dans l’enfance. Il faut du temps, de l’attention et un vrai travail sur soi pour les comprendre et les analyser. Mais la vie moderne laisse hélas peu de place à cette quête intérieure. Finalement, montrer ses douleurs, c’est apprendre à les surmonter, à faire la paix avec ce que l’on a vécu et créer un futur harmonieux pour soi-même et les autres”.

Cette série rend hommage aux victimes tombées sous la violence collective ainsi qu’à ceux qui sont toujours pris au piège et se battent contre leur propre passé. La question est : comment peut-on survivre à cette violence et à quel prix? Et que signifient la paix et la liberté quand on est toujours pris au piège d’une violence passée ? “Les guerres commémorées, trompent : la violence n’a pas totalement pris fin. Même si la nature et le temps ont réparé les blessures jusqu’à les rendre invisibles, elles persistent sous une autre forme. »

La photographie, acte de résilience

En 2013, Julien Sunyé est plongé dans une dépression sévère dont les causes lui échappent. Elle a pour conséquence de l’empêcher de travailler et d’être dans l’incapacité d’exprimer ses émotions et donc de continuer à vivre. Cherchant à s’en sortir, Julien Sunyé s’intéresse aux différentes formes de traumatismes. Il apprend que le traumatisme de la petite enfance est profondément ancré dans le subconscient et qu’il peut définir le présent. Il comprend qu’on devient alors prisonnier de son passé.

Au cours de l’été 2016, le photographe décide de se rendre sur les champs de bataille de Verdun. Il est alors frappé par l’idée que le passé peut enfermer un individu mais également tout un peuple. Apaisé par le travail photographique qu’il mène ainsi dans plusieurs pays en Europe sur des sites “sensibles ou historiques”, Julien Sunyé sent qu’il est au bon endroit pour mener sa réflexion. Chaque nouvelle séance photographique l’aide à surmonter un peu plus sa dépression jusqu’à parvenir à s’en sortir enfin en septembre 2018.

Site web – https://www.juliensunye.com Instagram : @juliensunye et @blackholes_js / Facebook : juliensunyephotography

A propos de Julien Sunyé : Photographe autodidacte, Julien Sunyé  utilise la photographie dès son enfance comme une collection des meilleurs moments à partager. De cette idée naît une passion indéfectible pour la photographie qui ne le quittera plus et ne cessera de croître. Franco-néerlandais (français par son père et néerlandais par sa mère), il trouve ses inspirations dans le travail d’Henri Cartier Bresson et les peintres Hollandais, notamment des tableaux paysagers des 16 et 17e.

  • Album Photo Vernissage

Share this Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.