Exposition Elements after Crimes, photographies de Zabou Carrière au Studio Galerie B&B du 15 au 20 octobre 2019.

Elements after crimes, 44.86°N 16.77°E | Zabou Carrière

Stimprud Art contemporain, Expositions, Photographie Leave a Comment

15 – 20 octobre 2019
VERNISSAGE le vendredi 18 octobre à 18h
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 20h, samedi de 10h – 20h, dimanche de 10h – 18h

Elements after crimes, 44.86°N 16.77°E | Zabou Carrière

Décembre 2013, les fouilles sont achevées dans le charnier de Tomašica en République serbe de Bosnie. Elles avaient commencé en septembre suite aux déclarations d’un témoin serbe. Vingt ans après les faits, il avait indiqué le lieu où les non-serbes avaient été jetés dans une fosse creusée, en 1992, pour cacher les corps pendant la guerre de Bosnie. En 1993, la population locale s’étant plainte des odeurs, ceux-là même qui avaient enterré les corps en avaient déterré une partie pour les cacher dans un charnier secondaire, Jakarina Kosa, à quelques dizaines de kilomètres.

Quelque 600 personnes ont été ensevelies à Tomašica, ce qui en ferait le plus gros charnier découvert en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

Zabou Carrière qui avait suivi les fouilles à l’automne, a décidé derevenir à Tomašica quelques mois plus tard. Les photographies d’Elements after crimes, 44.86°N 16.77°E montrent de l’eau, de la boue, des pierres, des plantes, autant d’éléments de la nature d’une apparente banalité. Leur échelle n’est pas clairement perceptible, les images sans perspective. Les prises de vues sont réalisées en plongée, dirigées vers le sol. Plutôt que des paysages, ce sont des surfaces qui sont montrées, celles-là même qu’il a fallu creuser pour en dégager les restes des morts recherchés depuis vingt ans.Les photographies suggèrent plutôt qu’elles ne montrent l’horreur.

Une image pointe vers un ciel balafré, indécis entre soleil et nuages. Il fait beau et chaud aussi dans cette région.

La végétation a recouvert la terre retournée, l’eau a rempli les fosses, les pelleteuses en charge de leur extraction ne couvrent plus les chants des oiseaux. Le paysage a été modifié par les interventions de l’homme et a fini par livrer ses secrets. La scène des crimes existe dans la mémoire collective et pourtant plus grand’chose n’y est visible.

Raphaël Enthoven, reprenant un texte de Vladimir Jankélévitch, s’interroge sur le fait qu’à Auschwitz “l’herbe recommence à pousser chaque année et les oiseaux y chantent”. Il ajoute : “On ne peut pas ne pas s’indigner que la vie continue et on ne peut pas ne pas s’en réjouir non plus.”

Lors de l’entrée au Panthéon de Simone Veil et de son mari Antoine, il avait été diffusé l’enregistrement de L’aube, à Birkenau, 17 juin 2018, 5 heures du matin. On y entend le chant des oiseaux.

Share this Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.