Le parfum d'une idée Dystopie Psychologique de Cesc Abad au Studio Galerie B&B à Paris du 21 - 31 octobre 2019 à Paris, France.

Le parfum d’une idée. Dystopie Psychologique | Cesc Abad

Stimprud Art contemporain, Expositions Leave a Comment

22 – 31 octobre 2019
VERNISSAGE le mardi 22 octobre à 19h
HORAIRES : mardi – vendredi de 15h – 20h, samedi de 10h – 20h, dimanche de 10h – 18h

Le parfum d’une idée. Dystopie Psychologique | Cesc Abad

Est-ce qu’il se peut s’inverser l’approche darwinienne ? De toutes les espèces qu’habitent dans notre planète, quelle a-t-elle évolué et jusqu’où ? Ces questions peuvent être faciles de se poser, et de résoudre aussi, si on pénètre dans le monde dystopique de l’artiste Cesc Abad.  

L’homme s’est différencié des autres animaux pour son intelligence, et selon les idées de Nietzsche, il a été capable de dépasser l’esclavage de la condition humaine en arrivant à obtenir la liberté, et cela lui a permis de déchainer sa créativité.

Néanmoins, peut-être que cela qui parait le sommet de la civilisation, n’est pas pensée pour l’homme, mais pour animaux capables de développer des comportements plus effectifs que ceux de l’être humain.

El perfume de una idea. Distopia Psicológica (Le parfum d’une idée. Dystopique Psychologique) est le titre proposé par Cesc Abad pour pénétrer dans une sorte de jardin de l’Éden, où chaque élément a une fonction, laquelle nous montre les capacités cognitives que peuvent être acquis par les animaux. D’autres côté, il nous suggère la possibilité de nous questionner la sagesse et l’habileté de l’être humain, comme Pierre Boulle a écrit dans son livre La Planète des singes, « Les hommes raisonnables ? Les hommes détenteurs de la sagesse ? Les hommes inspirés par l’esprit ? Non, cela n’est pas possible ».

C’est possible qu’on soit devant d’une régression des espèces, où les vrais parias de la planète seront les hommes et femmes qui observent les désirs de l’espèce animale. C’est possible qu’on soit devant d’une nouvelle dystopie qui nous permet de réfléchir sur notre rôle dans le monde, comme une satire du comportement humain. C’est possible qu’œuvres comme Je t’aime ou Vous proposent des situations lesquelles n’ont jamais été imaginées. C’est possible que Cesc Abad ait en inventant un monde pour parler du nôtre.

Author: Mònica Marañón


Biographie de Cesc Abad

Je suis né en Barcelone l’année 1973, en étant l’unique fils d’une famille dédiée à l’entreprise familiale. Quand j’avais 15 ans, j’ai été expulsé de l’école, et dans ce moment-là j’ai vu que j’aimais les arts visuels, particulièrement la peinture.

Mon père a financé mes premières études avec la condition de travailler dans l’entreprise familiale. Au cours de ces premières années, j’expérimente et j’expose mes œuvres en différentes salles et galeries.

Tout va bien jusqu’à la mort subite de mon père quand j’avais 21 ans. Sans même avoir le temps d’y penser, je deviens le chef de l’entreprise familiale. Cet évènement marquera profondément ma manière de comprendre l’art, le monde et moi-même. J’ai travaillé comme directeur de l’entreprise familiale, en la dirigeant toujours sous mon grand tempérament créatif.

Pendant ma gestion, l’entreprise a obtenu dix ans de succès dans différents domaines (électronique, industriel, sports et mode). Pendant cette période, j’ai compris que ma passion pour la peinture me rend faible devant mes collègues chefs d’entreprises et j’ai décidé de la cacher. Quand j’ai obtenu le temps et de l’argent suffisant, j’ai décidé de placer un grand atelier annexe à mon entreprise et sous le plus grand secret.

Dans le centre de mon entreprise et à côté de mon bureau, il y a une porte directe vers l’atelier, où j’expérimente avec des matériaux et des techniques différentes (peinture, photographie, vidéo, céramique, etc.) sans avoir besoin de ne montrer jamais aucune de mes œuvres. Cet espace est appelé par mes employés comme « le mur ». Personne ne sait pas ce qu’il y a derrière, ni mes plus proches collaborateurs, je ne le partage qu’avec ma famille la plus directe.

Néanmoins, cette façon de travailler, sans avoir la nécessité de vendre mes œuvres, sans limite des ressources, cachée au public et, en ajoutant l’activité dans l’entreprise, tout cela me rend une facture personnelle incroyablement élevée.

Après d’avoir mené une double vie pendant vingt ans, j’ai décidé en 2016 de vendre mes entreprises et de consacrer exclusivement à la création artistique. Je déménage à un atelier plus modeste et je commence à préparer des œuvres pour les montrer au monde. Je décide que cela ne sera plus un secret.

www.cescabad.com


Biographie de Mònica Marañón

Mònica Marañón (Terrassa, 1971) – Historienne de l’art et commissaire indépendante.

Études

2018 : experte en professionnalisation de l’art contemporain (Université de Barcelone)

2015 : cours de commissariat des expositions (Association Arte Sostenible)

2014 : master en formation du professorat d’éducation secondaire, baccalauréat, langues et formation professionnelle (UNIR, Universidad de la Rioja). 

2013 : diplômée en Histoire de l’Art pour l’UNED. 

Expérience professionnelle

Mònica Marañón a commencé sa carrière dans le secteur de la gestion des entreprises en 1987. Elle a combiné cette profession avec son intérêt pour l’art à travers de sa propre expérience familiale, puisqu’elle a vécu des processus créatifs grâce à l’atelier de son oncle, qui était peintre, en commençant comme commissaire indépendant pour l’artiste Cesc Abad depuis l’année 1994, en devenant la commissaire de l’exposition « My father », dans la ville d’Ullastrell.

Sa passion pour l’art l’a amenée à étudier Histoire de l’Art pour l’UNED et commencer à enseigner de 2014 à 2017 comme professeure tutrice en histoire de l’art contemporain à l’UNED (Centre Associé de Sant Boi), et comme professeure de l’école secondaire Vedruna Vall, de la Fundació Vedruna de Terrassa.

Share this Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.